Ciné Parc

Séances à proximité

Sugères, le Vernet-la-Varenne, Saint-Jean-des-Ollières, Vic-le-Comte... 
Ciné Parc, circuit de cinéma itinérant diffuse tout au long de l’année des films récents, environ 6 à 8 semaines après leur sortie nationale dans une trentaine de communes du Livradois-Forez, dont Sauxillanges. Organisé sous forme de syndicat intercommunal il emploie cinq salariés permanents. La volonté du circuit est de présenter des films de qualité, attendus ou moins attendus, dans l’optique de satisfaire un large public.

Tarifs

Le tout pour un tarif modique : 5.50 €, 3.50 € pour les moins de 18 ans, étudiants, demandeurs d’emploi, carte CEZAM, et la possibilité d’un abonnement à 42 € les dix places soit 4.20 € la séance... Abonnement non nominatif et sans limitation dans le temps (dans la mesure du raisonnable).

Programmation

La programmation est élaborée par un collège d’une dizaine de personnes, membres du Conseil syndical de Ciné Parc, et rééligibles chaque année. Nous permettons aussi aux spectateurs, via le site internet de Ciné Parc, de nous faire part de leurs envies, qu’on intègre lors de nos commissions de programmation (toutes les 3 semaines). Les enfants ne sont pas en reste avec des séances spéciales qui leur sont destinées comme des séances jeune public ou des ciné-goûters très appréciés pendant les petites vacances scolaires. Les classes de maternelles, de primaires, les collégiens et lycéens voient quant à eux 3 films différents pendant chaque année scolaire, films qui sont présentés, documentés et travaillés ensuite en classe. De nombreuses séances spéciales également proposées sur des problématiques différentes souvent liées à un sujet d’actualité. Chaque association ou collectivité qui souhaite d’ailleurs proposer un moment cinéma dans le cadre d’une manifestation, peut nous solliciter pour que l’on voit ensemble ce qu’il est possible de faire. Dans ce cadre, une saison de "Ciné Discussion" a été élaborée depuis maintenant plus de dix ans dans quelques communes du circuit. Ciné Parc donne aussi la possibilité à toute structure (même extérieure au territoire) de mettre en place des séances de cinéma plein air (prestation payante) sur simple demande. Alors pour ceux qui n’ont pas encore franchi le pas, n’hésitez pas... Et retrouvez nos actions et notre programmation sur www.cineparc.fr

Le film

  • Long métrage espagnol - version originale sous-titrée français
  • 2h17 - 2022
  • Genre : Thriller, drame
  • Réalisé par Rodrigo Sorogoyen
  • Avec Denis Menochet, Marina Foïs, Luis Zahera, ...
  • Public : Adultes et adolescent.e.s
  • Résumé

    Antoine et Olga, un couple de Français, sont installés depuis longtemps dans un petit village de Galice. Ils ont une ferme et restaurent des maisons abandonnées pour faciliter le repeuplement. Tout devrait être idyllique mais un grave conflit avec leurs voisins fait monter la tension jusqu’à l’irréparable…

  • Les critiques

    Positif : « Ce thriller rural, sis dans un village en déclin de Galice, ne se contente pas de captiver par la seule force oppressante de son récit. II sidère aussi par l’incroyable sentiment de vérité qu’il dégage…» Ariane Allard

    Ecran Large : « Toujours plus brillant à chaque film, Rodrigo Sorogoyen touche au sublime avec As Bestas. L’auteur y tisse une synthèse passionnante de son art, dans un écrin de thriller rural d’une maîtrise indécente. L’un des films majeurs de l’année ! » Antoine Desrues

    Le point de vue Ciné Parc

    Le thriller (et ses variantes comme le polar, le thriller dramatique, etc.) est le genre de prédilection du metteur en scène espagnol Rodrigo Sorogoyen, comme en témoignent ses précédents opus, El reino et Madre, mais surtout Que Dios nos perdone, dans lequel Antonio de la Torre et Roberto Álamo se lancent à la poursuite d’un terrifiant tueur en série. L’intrigue de As bestas se déroule dans un village en déclin (comme il en existe beaucoup en Espagne) où les habitants se méfient des étrangers. Rodrigo Sorogoyen confie : « Deux frères en colère contre le monde. La réalité de leur combat comme celle des étrangers. La patrie comme territoire de conflit. L’affrontement né de l’affirmation « je suis ici chez moi, mais pas toi ». Une fois qu’on a identifié cette situation, il nous faut comprendre pourquoi Antoine et Olga risquent tout pour mettre en œuvre leur projet dans cette petite ville. » Le réalisateur indique aussi : « Ce que je trouve intéressant dans la justice, c’est qu’elle n’est pas incontestable. Elle est relative. En fonction du point de vue qu’on adopte pour raconter une histoire, on peut avoir une certaine conception de ce qui est juste ou, à l’inverse, en avoir une vision radicalement différente. Avec Isabel Peña, ma co-scénariste, on aime placer le spectateur (c’est-à-dire nous-mêmes) à la place de l’autre, dans la situation la plus inattendue. Quand nous créons des personnages, nous nous obligeons à les comprendre. »